1/5

18 sept. 2019

Time 5 minutes

Portrait #gensduvieux: Les coulisses du spa, pas de tout repos!

Portrait #gensduvieux: Les coulisses du spa, pas de tout repos!

Claudine nous reçoit au Scandinave Spa, le spa urbain niché au coeur du Vieux-Montréal et quand on dit “niché”, on pèse nos mots. À l’abri du monde extérieur et de nos gadgets électroniques, à l’abri des discussions à tenir, c’est une oasis où le temps s’arrête, comme le stress. Depuis 3 ans, Claudine Duperre est directrice marketing de cette institution. Les initiatives de la bannière, qui ne s’implante que dans des endroits à faire rêver à travers le pays, est gage de minimalisme et de qualité: si le silence est d’or, la détente est platine.

© Scandinave Spa

La simplicité haut de gamme

Alors que la tendance va à la diversification des soins et services proposés dans les spas, le Scandinave va à contre-courant de ses concurrents. “Ici, on n’a pas de service de beauté ou autres, parce qu’on fait la promesse du silence à nos clients et c’est plutôt difficile à tenir avec un bar à ongles avec de l’alcool, lance d’entrée de jeu la trentenaire. C’est un vrai luxe de pouvoir se couper du monde aujourd’hui, et c’est ce qu’on garantit ici”. Pas d’excès, pas de décoration tape à l’oeil, son ADN scandinave donne au spa un air dépouillé, relaxant. “Less is more, c’est vraiment notre devise” souligne la jeune femme dynamique. Tout ce qui est dans le spa est donc soigneusement choisi, des installations aux produits, en passant par le personnel qualifié, rien n’est laissé au hasard. L’appel de l’eucalyptus, dès la rue Saint-Sulpice qui se trouve à proximité, est en soi gage de relaxation.

Plus de 70 massothérapeutes travaillent d’ailleurs au Scandinave - certains depuis les 10 ans déjà que l’institution a ouvert - et le personnel au complet est aux petits soins de l’arrivée jusqu’au départ des clients. “On mise vraiment sur la proximité avec notre clientèle”, explique Claudine, qui voulait ce retour au “tu” dans leurs contenus. “C’est vraiment ça. On te connait, pas besoin d’en faire trop, on te donne ce qu’il te faut, tout est simple”.

Claudine, voisine et partenaire d’affaires

“On travaille avec des marques locales, qui ont des valeurs qui nous rejoignent, explique Claudine. Nous proposons des maillots de bain Mimi & Hammer, une marque du Vieux-Montréal, nous avons aussi des partenariats avec l’hôtel Saint-Sulpice et le Monville. Nous offrons des smoothies qui sont préparés selon des recettes exclusives au Scandinave Vieux-Montréal et uniquement avec des fruits et légumes de saison. Pour les produits de douche, c’est Oneka”, résume Claudine.

Pour des activités comme les bachelorettes, le Scandinave fait équipe avec l’Atelier coiffure et esthétique pour se répartir la détente et la beauté. “Quand on se regroupe et qu’on se complète entre institutions, on bénéficie du trafic client les uns les autres. On mise aussi beaucoup sur le bon voisinage, comme par exemple pour nos 10 ans, on a fait affaire avec Cookie Stéphanie ou Chocosina”. Habituée des 5 à 7 de réseautage de la SDC, Claudine a tout un maillage de partenaires business qui a fait ses preuves dans le quartier historique.

L’essence scandinave séduit un public de plus en plus large

Au fil des ans, la clientèle du spa s’élargit. Hommes d’affaires du coin d’abord, les femmes et les étudiants, avec des forfaits sur-mesure, sont de plus en plus nombreux. D’ailleurs, les Gens du Vieux profitent aussi d’une offre spéciale les mardis et mercredis. “Aujourd’hui prendre soin de soi rentre dans les moeurs, les gens ne sont pas prêts à sacrifier ces instants de ressourcement et c’est devenu une vraie nécessité” constate la directrice. “Dans un contexte de performance au travail comme dans les études, le Scandinave s’adapte et répond sans flafla à ce besoin”.

Le spa a renouvelé son mobilier et une partie de ses installations en plus d’augmenter ses capacités de massage cet été, gage que cette tonalité simplissime qui détonne séduit sans conteste.

Nouveaux publics: votre entreprise va-t-elle au spa?

L’hyperconnectivité, l’arrivée des milléniaux sur le marché du travail, les transformations de notre société sont autant de facteurs qui amènent les entreprises à se préoccuper de la santé de leur travailleurs. Le Scandinave, avec les massages et les soins d’hydrothérapie en a bien conscience: “On est dans ce créneau, explique Claudine. Nous sommes en train d’étoffer notre gamme de forfaits pour les entreprises”.

Que l’employeur paie tout ou en partie, que ce soit pour un accès aux bains ou des forfaits massage, “surtout si la compagnie a des assurances pour ses employés, nous trouvons la meilleure solution pour les PME qui nous approchent”. Pas besoin d’être une multinationale pour prendre soin de ses employés à un coût souvent bien moins élevé qu’on pourrait penser et qu’on devra panser, en cas de départ ou burn out. “C’est une façon ludique d’intégrer le bien-être et la santé dans le milieu de travail”, souligne Claudine. C’est aussi une excellente manière de se différencier de ses concurrents dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre.

Des forfaits clé en main, Claudine martèle la simplicité

Quand une entreprise se tourne vers le Scandinave, c’est un clé en main et la détente commence dès l’entente. “On veut vraiment simplifier l’implantation et l’annonce de forfaits chez nous auprès des employés, assure Claudine. On travaille sur des trousses de communication à l’interne pour l’entreprise, histoire d’annoncer de façon engageante cette offre aux employés! C’est aussi l’avantage de ne pas offrir de soins esthétiques: on jouit d’une image sérieuse qui nous permet de très bien passer dans ce genre de contexte professionnel”.

Décrocher et relaxer, le luxe à portée

“Il n’y a pas de durée obligatoire sur place, explique Claudine, je conseillerais de se consacrer un minimum de 45 minutes, histoire de faire un circuit de bains au complet, mais entre nous, 2 heures, 2 circuits, un temps de pause, c’est l’idéal, selon moi” conseille-t-elle. Et la directrice marketing le rappelle encore: “ Il faut trouver le temps de s’échouer, de se laisser aller pour vrai, c’est comme ça qu’on décroche”.

Questions activités et ateliers, Claudine est prudente, “on va continuer ponctuellement des activités spéciales, mais plutôt le matin de bonne heure, tournées autour de la méditation avec Sophie Marfolini. On ne veut pas déranger nos habitués ni déroger de notre image de silence”, explique Claudine, qui tient aussi à rester libre et ne pas s’enfermer dans une programmation trop rigide.